Rockaddiction
Far from over
Juin 2001 // Atlantic Records

Edwin McCain

Edwin McCain - Far From Over
Tracklist

01. Far from over
02. Hearts fall
03. Sun will rise
04. I've seen a love
05. Write me a song
06. Letter to my mother
07. Get out of this town
08. Kentucky
09. Radiostar
10. Dragons
11. One thing left
12. Jesus, he loves me
 

Note album
7/10 
Production
Producteur Greg Archilla
Mixeur Greg Archilla
Ingénieur son Greg Archilla

Difficile de succéder à l'album Messenger, c'est en substance ce qu'à du ce dire le groupe au moment d'écrire puis d'enregistrer ce nouvel album. Tout ce qu'on peut dire c'est que le groupe s'en sort plutôt bien parce que si cet album ne possède peut être pas la magie et la pleinitude de Messenger, le style ressemble et la qualité est bien présente. Surtout ce Far from over possède également ses petites perles. 
La production n'est pas fondamentalement différente de l'album Messenger, seulement un peu plus légère et plus naturelle. On retrouve d'ailleurs la présence un orchestre sur 3 titres (Hearts fall, Write me a song et Letter to my mother) bien qu'il ne soit pas l'oeuvre de Matt Serletic. Cet album contient tout ce qu'on attend d'un album d'Edwin McCain. Trois très belles ballades symphonique, Write me a song, Letter to my mother et Hearts fall qui rappellent le style de I could not ask for more et Go by young de l'album précédent. Il y a également du rock & roll avec Radio star et Get out of this town avec des riffs originaux, de la pop rock avec Far from over et Sun will rise, deux acoustiques Kentucky et Dragons et enfin du blues d'ailleurs peu inspiré avec One thing left. La nouveauté de cet album est le gospel très réussi Jesus he loves me, écrit pour la bo du film du même nom.
Edwin McCain
Edwin McCain voix, guitares
Larry Chaney guitares, mandoline
Craig Shields saxophone, clavier
Scott Bannevich basse
Dave Harrison batterie

Far from over se situe dans la lignée de l'album Messenger avec des mélodie assez recherchées tout en restant très accessible. Les mélodies pop des titres Radio star et Far from over sont assez facile à mémoriser. Comme à l'habitude chez Edwin McCain, les mélodies des ballades, Write me a song, Letter to my mother et Hearts fall sont fines et très réussies. La mélodie légère de l'acoustique Kentucky, celle intense de Jesus, he loves me,

La voix cassée d'Edwin fait toujours autant merveille. Il chante toujours avec la même intensité les ballades lentes (Write me a song, Letter to my mother, Kentucky) et avec conviction et puissance les passages plus rock (Radio star, Get of this town ou le final de Jesus he loves me). Voix superbe, chant remarquable, pas grand chose de plus à ajouter si ce n'est de l'écouter chanter.

Si cet album n'atteint pas l'excellent niveau de l'album précédent, il reste dans la même lignée. C'est pourquoi, si vous ne connaissez pas encore Edwin McCain mieux vaut commencer par l'album Messenger, mais si vous possédez déjà ce dernier, cet album devrait vous satisfaire.

© 2000-2015 Rockaddiction. Tous droits réservés