Rockaddiction
Messenger
Juin 1999 // Atlantic Records

Edwin McCain

Edwin McCain - Messenger
Tracklist

01. Wish In This World
02. Beautiful Life
03. Promise Of You
04. Ghosts Of Jackson Square
05. I Could Not Ask For More
06. Do Your Thing
07. Prayer To St Peter
08. Go Be Young
09. Anything Good About Me
10. I'll be (acoustique)
11. Sign On The Door
12. See Off This Mountain

Note album
7,5/10 
Production
Producteurs Matt Serletic,
Noel Golden
Mixeur Bob Clearmountain
Ingénieur son Noel Golden,David Thoener

Après l'énorme succès du hit I'll be produit par Matt Serletic, Edwin McCain a cette fois décidé de confier la production de l'album assisté de Noel Golden. On reconnaît d'ailleurs le coup de patte de Matt Serlectic avec une instrumentation riche, avec des sons de claviers et de violons par-ci par-là, qui contraste avec le son dépouillé de l'album précédent. Le potentiel d'Edwin McCain ne fait pas de doute mais l'album précédent était trop inconstant, où le meilleur côtoyait le moins bon. Sur cet album, le groupe abandonne le rock folk blues pour une pop rock mélodieuse pleine d'harmonie.
Après avoir entendu les 3 premiers titres de cet album, nul doute que le style Edwin McCain a sensiblement évolué depuis l'album précédent. Sur ce disque, la production est riche et polie, pleine d'harmonies et même symphonique par moment avec l'orchestration de Matt Serlettic. S'il est vrai qu'on est assez loin du rock folk blues acoustique des débuts, il faut bien reconnaître que ce son est flatteur, à l'image de l'infectieux Beautiful life et des deux magnifiques ballades I could not ask for more et Go be young, qui bénéficient d'une production symphonique. On retrouve toutefois l'ancien style d'Edwin McCain avec les très belles acoustiques Prayer to St Peter, Ghosts of Jackson square et I'll be et le blues d'anthologie de Sign on the door. Le rock & roll de Anything good about me est également une réussite.
Edwin McCain
 

C'est peut être au niveau mélodique que le groupe a le plus progressé. Il y avait de l'idée sur ses deux premiers albums, mais c'était souvent mal exploité. Les mélodies de cet album sont plus fines et mieux mises en valeur. On sent une vraie maturité certainement aidé par Matt Serlectic. Les mélodies des 2 ballades I could not ask for more et Go be young sont par exemple superbes tout comme celle du blues Sign on the door. Même chose pour les acoustiques Prayer to st peter et Ghost of Jackson Square. Les mélodies de Promise of you et Beautiful life sont également percutante, de même que celle de Do your thing et Anything good about me

Quelle voix et quel performance vocale. Son timbre de voix cassé qui rappelle Brian Adams, est un régal à écouter. Mais Edwin impressionne autant voire plus par sa performance vocale. Capable de prendre une petite voix pour des acoustiques comme Prayer to St Peter et de dégager ensuite une puissance phénoménale à vous en donner des frissons comme sur le final de Sign on the door. Et quelque soit le registre interprété, c'est toujours la même émotion.

Edwin McCain signe ici un album de toute beauté qui a la faculté de plaire à des gens qui n'écoutent pas de ce style de musique en tant normal. Un chant remarquable, des mélodies fines et une production infectieuse font de Messenger un album indispensable.

© 2000-2015 Rockaddiction. Tous droits réservés