Rockaddiction
Dizzy up the girl
Septembre 1998 // Hollywood Records

Goo Goo Dolls

Goo Goo Dolls - Dizzy Up The Girl
Tracklist

01. Dizzy
02. Slide
03. Broadway
04. January Friend
05. Black Balloon
06. Bulletproof
07. Amigone
08. All Eyes One Me
09. Full Forever
10. Acoustic #3
11. Iris
12. Extra Pale
13. Hate This Place

Note album
9/10
Production
Producteur Rob Cavallo
Mixeur Jack Joseph Puig
Ingé. son Ken Allardyce, Greg Collins & Darrell Thorp

Grâce au succès de la ballade Name de leur précédent album, puis du hit planétaire Iris, présent sur la BO du film La cité des Anges, et resté 14 semaines en tête du billboard, le groupe a étendu sa notoriété au niveau national. Et c'est donc en toute logique que ce nouvel opus était attendu. Les Goo Goo Dolls n'ont pas manqué l'occasion en produisant un cd de haute volée, et qui deviendra un album de référence avec ses 5 hits radios et 6 millions d'exemplaires vendues. Des morceaux pop finement ciselés expliquent ce succès.
Ce qui impressionne en premier sur cet album est sans doute la qualité et la fluidité de l'instrumentation. La grosse production de Rob Cavallo y est sans doute pour quelque chose, mais c'est surtout par leurs talents de musiciens que les Goo Goo Dolls font la différence. Ils manient leurs instruments avec dextérité et ça se ressent. Il suffit juste d'écouter les ponts de All Eyes On Me ou Black Balloon pour s'en convaincre. On retrouve également toute cette inspiration dans les mélodies de John Rzeznik, entêtantes sur les titres rythmés et poignantes sur les ballades. Cette alchimie entre l'instrumentation, les mélodies et la voix intense de John donne à cet album, un son pop (rock) d'une redoutable efficacité, à la fois énergique et mélodieux. Un son que certains qualifieront de formaté mais que finalement très peu de groupes sont capables de délivrer.
Goo Goo Dolls
John Rzeznik voix, guitare
Robby Takac basse, voix
Mike Malinin batterie
Le premier titre Dizzy se démarque par un contraste très réussi entre une intro et des couplets sombres et des refrains plus joyeux. L'enchainement est parfait avec le single Slide, qui brille par sa rythmique et sa mélodie entêtantes. Le festival continue avec un autre single, Broadway, une solide ballade mais qui souffre néanmoins d'une instrumentation manquant de consistance. Ce qui est loin d'être le cas de la magnifique ballade et single Black Balloon, où l'on ressent une émotion rare dès les premiers mots de John Rzeznik jusqu'aux derniers. Tout est superbe, la production, la sonorité de l'instrumentation avec l'adjonction de violons, la mélodie et la rythmique. Du grand art. La rythmique de All Eyes On Me n'est pas mal non plus avec un gros travail de Mike Malinin à la batterie, bien accompagné par la guitare de John. Toujours dans le registre des tiitres rythmés, on citera également le solide Bulletproof à l'ambiance sombre ainsi que le très bon Hate This Place.

Et si ça ne suffisait pas encore, cet album contient aussi la magnifique ballade Iris, qui impressionne par l'énergie et l'intensité qui s'en dégage. C'est sans doute ce qui explique sa 39ème place dans le top des 100 plus belles chansons pop (depuis 1963) établi par des experts de MTV et du magazine Rolling Stone. L'émotion est également présente dans la jolie petite ballade Acoustic #3. Les titres signés du batteur, au nombre de 4, souffrent de la comparaison avec ceux de John Rzeznik notamment à cause de la voix rappeuse de Takac. Ce qui n'empêchent pas les rythmés January Friends et Amigone de se révéler convaincants après quelques écoutes.

Goo Goo Dolls signe ici un album de référence, comme Counting Crows l'avait fait en 94 avec son album August & Everything After dans le registre pop folk. L'album de la consécration pour ce groupe, plus de douze ans après leurs premiers pas. Si vous ne connaissez pas encore ce groupe, il est temps d'y remédier.

© 2000-2015 Rockaddiction. Tous droits réservés