Rockaddiction
Out of My Hands
Février 2009 // Virgin Records (EMI)

Green River Ordinance

Green River Ordinance - Out Of My Hands
Tracklist

01. Outside
02. Come On
03. Out of My Hands
04. On Your Own
05. Goodbye L.A.
06. Different (Anyting At All)
07. Learning
08. Last October
09. Sleep It Off
10. Getting Older
11. Endlessly

Note album
8,5/10
Production
Prod Paul Ebersold, Mark Endert
Mix Mark Endert, Shawn Grove
Ingénieurs son  Mark Endert, Eric Peterson

Green River Ordinance est un nouveau groupe originaire du Texas. Ce premier album chez Virgin Records, après un cd indépendant sorti en 2006, ne révolutionne pas le style, avec une pop policée formatée pour les radios US. Mais c'est joué avec suffisamment de talent pour faire d'Out Of My Hands un album intéressant. A la manière d'un bon vin, cet album se bonifie avec le temps, et plusieurs écoutes sont nécessaires pour qu'il délivre toutes ses saveurs, grâce à des mélodies plus puissantes et des arrangements plus subtils qu'ils n'y paraissent de prime abord.
A la première écoute, on ne peut s'empêcher de penser à l'album Everything You Want de Vertical Horizon sorti 10 ans plus tôt ! A l'exception du piano, présent sur certains morceaux, évolution musicale oblige (Gavin DeGraw, The Fray, Augustana, etc), tout rappelle EYW, de la pop mélodieuse à la sonorité policée, au nombre de titres (11) et de hits potentiels (presque autant), en passant par le son linéaire et répétitif au premier abord. On  retrouve d'ailleurs le même producteur Mark Endert (Vertical Horizon, Gavin DeGraw, Maroon Five) sur 2 titres et Paul Ebersold (3 Doors Down, Sister Hazel) sur 8 autres. Le résultat est à la hauteur de leur savoir faire, avec un son très bien produit, mélodieux sur les couplets et puissant sur les refrains.
Green River Ordinance
Josh Jenkins voix, guitare, piano
Jamey Ice guitare
Joshua Wilkerson
guitare
Geoff Ice
basse
Denton Hunker
batterie
Le début de l'album enchaine les hits potentiels. Cela démarre avec le vitaminé Outside, un rock au refrain puissant et mélodieux, grâce notamment à la performance vocale de Josh Jenkins, ainsi qu'à un pont qui donne du relief à l'ensemble. Suit le premier single de l'album, Come On, une ballade mid tempo au refrain lent et enivrant avec une nouvelle fois un chant captivant. Le niveau ne faiblit pas avec le superbe Out Of My Hands, qui constitue l'un des meilleurs morceaux de cet album, grâce à sa mélodie entêtante et son final puissant. Encore une belle ballade avec On Your Own et son intro mélodieuse au piano, ses couplets mélodieux et son final intense avec backing vocals.

Sans grand intérêt au premier abord, Goodbye L.A se révèle au fil du temps, grâce à une mélodie plus subtile qu'elle n'y parait et le chant solide de Josh Jenkins. Different ne décolle pas en revanche, malgré un solo de guitare à la sonorité flatteuse qui ne fait pas oublier une mélodie simpliste. L'intro soignée de Learning nous remet dans l'ambiance, relayée par une belle performance vocale et une mélodie très année 80. La ballade Last October constitue l'autre pépite de cet album, grâce à sa rythmique affutée, sa mélodie magnétique et ses arrangements précis, de l'intro au piano au final qui reprend les notes de l'intro, en passant par le pont. L'album s'achève par Endlessly, un acoustique, mêlant guitare et piano, où l'on peut pleinement apprécier le chant émouvant de Josh. 

Les détracteurs diront sans doute d'Out Of My Hands qu'il est un album répétitif et ennuyeux. Je leur répondrait que l'originalité est rare de nos jours et l'originalité de qualité encore plus. Alors mieux vaut faire ce qu'on a déjà entendu, surtout si on le fait bien. Un album à ajouter dans sa discothèque.

© 2000-2015 Rockaddiction. Tous droits réservés