Rockaddiction
Soma holiday
Juin 2002 // Island Records (Universal)

Greenwheel

Greenwheel - Soma Holiday
Tracklist

01. Shelter
02. Sustain You
03. Breathe
04. Louder Than Words
05. Strong
06. Drowning Man
07. Faces
08. Identity
09. Disappear
10. Dim Halo
11. Radiance
12. The End

Note album
9/10
Production
Producteur Malcom Springer
Mixeurs Tom Lord-Alge,
Charlie Brocco
Ingénieur son Charlie Brocco

(1) par l'intermédiaire de Melissa Etheridge qui a reprise la chanson

De la vague des groupes de rock apparus en 2002, Greenwheel est probablement l'un des plus impressionnants avec July For Kings. Leur maturité musicale est bluffante pour un groupe de jeunes musiciens, formé depuis seulement 3 ans. Greenwheel délivre un rock aussi puissant que mélodieux, grâce au talent de compositeur et d'interprète de son chanteur ainsi qu'à la dextérité des musiciens qui l'entourent et notamment la paire de guitaristes et le batteur à l'efficacité redoutable.
Cet album doit son existence à la rencontre fortuite avec le producteur Malcom Springer, qui a repéré le groupe alors qu'il se produisait dans un bar et lui a permis de signer un contrat avec Island Records. Rencontre un peu malheureuse aussi, car c'est à lui qu'est revenu la production de cet album alors que son profil ne correspond pas au style musical du groupe. A priori rien à dire, l'album bénéficie d'une grosse production à l'américaine avec un son rock très convaincant. Et c'est bien là le problème. La sensibilité pop du groupe est souvent occultée par des guitares puissantes et la voix énervée de Ryan Jordan. Il est évident en réécoutant leur album indépendant ainsi que l'album Electric Blanket enregistré en 2004, que le son du groupe est moins subtil sur cet album. Et c'est dommage quand on connait l'intensité unique dégagée par la voix de Ryan lorsqu'il chante de façon posée et la finesse des mélodies qu'il compose comme Breathe, Radiance ou This Too Shall Pass
Greenwheel
Ryan Jordan voix
Andrew Dwiggins guitare
Marc Wanninger guitare
Brandon Armstrong basse
Douglas Randall batterie
L'album démarre par le bouillonnant Shelter, présent sur la BO de Spider Man, avec le chant rageur de Ryan Jordan et une instrumentation puissante, à l'exception du très mélodieux duo de guitares. Dans le même registre, il y a Strong avec ses riffs énervés et la voix de Ryan à la limite de la rupture. Sur Drowning Man, les guitares sont également très présentes mais l'une d'elle produit une sonorité aigue très mélodieuse. Dernier titre vraiment rock, Louder Than Words, qui se distingue par une double rythmique réussie, rapide sur les couplets et lente sur les refrains. Si ces titres survitaminés sont sympas à écouter parce qu'on a affaire à une solide production et de très bons musiciens, le groupe est capable de morceaux plus doux très réussis.

Il faut se tourner vers les ballades pour apprécier tout le talent de ce groupe. C'est dans ce registre que la voix chaleureuse de Ryan et la guitare de son compère Marc Winninger s'expriment le mieux à l'image du premier single Breathe qui s'impose comme l'une des plus belles ballades de l'année, récompensée par une nomination aux Grammy Awards (1). Les mélodies inspirées de Dim Halo et Identity font également partie des satisfactions de cet album, avec une ambiance sombre très bien rendue sur ce dernier. Mais Greenwheel a gardé le meilleur pour la fin avec deux merveilles. Radiance d'abord qui bénéficie d'une instrumentation et d'une mélodie superbes où la voix intense de Ryan s'y exprime à merveille. The End ensuite, avec une atmosphère chaotique d'une intensité rare et des refrains puissants décuplés par un chant passionné captivant.

Au final si Soma Holiday est un très bon album, bénéficiant d'une solide composition et interprétation, on ne peut s'empêcher d'être un peu déçu car on ne retrouve qu'assez peu leur sensibilité pop. C'est pourtant dans ce registre que la passion et l'émotion dégagées par ce groupe s'expriment le mieux.

© 2000-2015 Rockaddiction. Tous droits réservés