Rockaddiction
Lifehouse
Mars 2005 // Geffen Records

Lifehouse

Lifehouse - Lifehouse
Tracklist

01. Come Back Down
02. You & Me
03. Blind
04. All In All
05. Better Luck Next Time
06. Days Go By
07. Into The Sun
08. Undone
09. We'll Never Know
10. Walking Away
11. Chapter One
12. The End Has Only Begun

Note album
7,5/10
Production
Prod John Alagia, Jude Cole
Mix John Alagia, Jeff Juliano
Ingénieur son Jeff Juliano

Après un 2ème album qui n'a pas fait l'unanimité ainsi que le départ du bassiste fondateur Sergio Andrade, Lifehouse revient avec un nouvel opus simplement intitulé Lifehouse, comme pour mieux signifier un retour aux sources. Si le groupe est effectivement revenu à un son plus proche du premier album, on peine à retrouver l'énergie de No Name Face et même de Stanley Climbfall pour dire vrai. Ce nouvel album est bon, voire très bon par moments, mais la production aseptisée donnent l'impression d'un son linéaire manquant de puissance.
Lifehouse certainement refroidi par l'accueil mitigé de son dernier album, n'a semble t-il pris aucun risque sur ce nouvel opus. Le son un peu expérimental développé sur Stanley Climbfall laisse place à un son plus conventionnel, avec une instrumentation épurée et des mélodies plus évidentes. Malgré ces efforts, on peine à retrouver l'énergie d’un Spin, la fluidité d'un Sick Cycle Carousel ou la puissance d’un Take Me Away. La faute à une production sans génie signée John Alegia (John Mayer, Jason Mraz) qui étouffe les guitares et la batterie. Pourquoi ne pas avoir reconduit Ron Aniello, excellent producteur des 2 premiers albums ?
Lifehouse
Jason Wade voix, guitare
Bryce Soderberg basse
Rick Woolstenhulme batterie

Malgré cette production décevante, cet album contient de très bonnes choses parce que Jason Wade reste Jason Wade, et que celui ci n’a rien perdu de son talent de compositeur tout en ayant progresser vocalement, montrant un chant plein de sensibilité à l'image de la ballade You & Me. Ce chant servi par une jolie mélodie, en font l'un des plus beaux slow de l'année. Le deuxième single Blind apparaît également comme une réussite mélodique, bien mis en valeur par la montée dans les aigus lors des refrains. Même chose pour la ballade Coming Back Down où Jason semble mettre tout son cœur lors des refrains et du pont en a capella. Better Luck Next Time possède une bonne rythmique et une mélodie efficace qui rend cette ballade vite entêtante. Avec l’excellent We’ll never know et le solide Days Go By, le groupe revient dans un registre plus rythmé où l’on retrouve cette énergie qui faisait la force des 2 premiers albums, même si on aurait préféré réentendre rugir les guitares.

Pour le reste, Lifehouse semble s’engluer dans des ballades, qui sans être mauvaises, manquent de relief à l’image de All In All et sa production amorphe - mais où sont les guitares électriques ? - ou des 2 derniers titres franchement insipides Chapter One et The End Has Just Begun. A côté de ça, le groupe est capable de jolies ballades comme Walking Away et surtout Midnight in Philadelphia que le groupe a choisi de ne pas faire figurer sur l'album, tout comme la ballade énergique Today, présente en bonus sur la version UK. Le groupe s'est malheureusement fait une spécialité "d'éjecter" de ses albums quelques unes de ses meilleures compositions et cet album ne déroge pas à la règle.

Au final les impressions sont mitigées. Si certains titres sont bons, justifiant à eux seuls l'achat de ce cd, l'album souffre d'une production fade et sans panache qui donnent l'impression d'un son linéaire voire mou par moment. En voulant trop bien faire, Lifehouse a semble t-il perdu de sa spontanéité.

© 2000-2015 Rockaddiction. Tous droits réservés