Rockaddiction
The madding crowd
Mai 2000 // Epic Records

Nine Days

Nine Days - The Madding Crowd
Tracklist

01. So Far Away
02. Absolutely (Story Of A Girl)
03. If I Am
04. End Up Alone
05. Sometimes
06. Bob Dylan
07. 257 Weeks
08. Bitter
09. Back To Me
10. Crazy
11. Revolve
12. Wanna Be

Note album
8/10
Production
Producteur Nick DiDia
Mix Nick DiDia, Brian Malouf
Ingénieur son Nick DiDia

Fraîche, énergique et mélodieuse, voilà en quelques mots comment décrire la pop rock délivrée par Nine Days sur ce premier album estampillé Epic Records, qui n'a plus grand chose à voir avec la pop teinté de folk et de blues de leurs 3 albums indépendants. Le producteur Nick DiDia (ancien ingénieur du son de Pearl Jam notamment) a réalisé un excellent travail, en ayant donné au groupe un style plus incisif et plus mélodieux, tout en ayant conservé l'intensité et la sincérité qui caractérisait leur musique jusque là.
Quelle bouffée d'oxygène que ce premier album de Nine Days chez Sony. Grâce à des arrangements originaux, des rythmes variés et la présence du clavier de Jeremy Dean, les 12 titres de ce disque ne manque pas de fraîcheur et de contraste évitant une trop grande linéarité. Le groupe joue juste et leur instruments y compris le clavier et l'harmonica s'accordent à merveille et forment un ensemble harmonieux. Mais si l'instrumentation est contrastée, elle n'apparaît pas pour autant chargée, avec un son relativement épuré tout au long de l'album. Le rendu très clair des instruments grâce à l'excellent boulot de Nick DiDia participe également à cette impression de fraîcheur, tout comme la dualité de voix, John Hampson et Brian Desveaux se partageant la composition et le chant avec un timbre de voix bien distinct, une voix lisse pour le premier et une voix éraillée pour le second.
Nine Days
John Hampson voix, guitares
Brian Desveaux voix, guitares
Nick Dimichino basse
Jemery Dean piano, clavier
Vincent Tattanelli batterie
Comme tout album de pop rock, The Madding Crowd contient aussi bien des titres aux rythmes soutenus que des ballades lentes. L'album commence par la première catégorie avec la pop énergique de So Far Away relayé par la pop imparable du single radio Absolutely qui a fait fureur lors de l'été, grâce à cette instrumentation colorée énergique et un refrain entêtant. Ce morceau est suivi du deuxième single, la ballade If I am, où l'on passe d'une tonalité joyeuse à une ambiance plus introspective (mélancolique). Dans un style similaire quoi qu'un peu plus blues, on citera la ballade Crazy. Toujours dans un registre ballade, il y a surtout les 2 ballades composées par Brian Desveaux, Sometimes et Bitter, dont la voix et l'instrumentation rappellent Brian Adams. Le final instrumental de plus de 2 minutes de Bitter, où s'entremêlent violons, clavier et guitares. est superbe.

En revenant à un registre plus rock, on trouve l'excellent Revolve dont le rythme très rapide, la sonorité métallique et le très bon final rappelle le morceau We Are du groupe Vertical Horizon. On retrouve dans les deux titres centraux de l'album, Bob Dylan - qui est évidemment un hommage au chanteur - et 257 Weeks, l'ancien style du groupe avec une touche de folk comme en témoigne la présence d'un harmonica sur le premier et le rythme cassé ainsi que le jeu de clavier sur le second. La rythmique très travaillée de l'énergique Back To Me, renforcée par une présence marquée de clavier est également une réussite

Grâce à des arrangements de qualité, ce premier album de Nine Days se révèle nettement plus profond qu'il n'y parait après quelques écoutes attentives. L'ensemble est séduisant, une instrumentation énergique et fraîche, des mélodies efficaces et des timbres de voix accrocheur.

© 2000-2015 Rockaddiction. Tous droits réservés