Rockaddiction
Nasty little thoughts
Septembre 1999 // Cherry Records (Universal)

Stroke 9

Stroke 9 - Nasty Little Thoughts
Tracklist

01. Letters
02. City life
03. Little black backpack
04. Tail in the sun
05. Washin' and wondering
06. Make it last
07. Are you in this
08. Not nothin'
09. One time
10. Down
11. Angels
12. Tear me in two

Note album
7/10 
Credits
Producteurs Jerry Harrison,
Rupert Hine
Mixeur Tom Lord-Alge,
Chris Lord-Alge, Karl Derfler
Ingénieur son Karl Derfler

Lors des premières écoutes, ce premier album du groupe Stroke 9 déçoit. Le son assez pop donne l'impression d'une collection de morçeaux sans saveur aux mélodies simples et à l'instrumentation répétitive. En réalité, la musique de ce groupe est bien plus recherchée qu'elle n'y parait. Au niveau de l'instrumentation d'abord, Stroke 9 étant composé de véritables musiciens mais également au niveau des mélodies dont la plupart se révelent entêtantes après quelques écoutes.
Une instrumentation pop est souvent synonyme d'instrumentation assez basique. Ce n'est pas le cas pour ce premier album de Stroke 9, où la production bien qu'assez pop apparaît élaborée et même très inspirée par moment, à l'image du premier single Little black backpack et son crescendo rythmique juste avant les refrains ou son solo suivi d'une pause à la basse. La rythmique et les riffs de Washin' + wondering rendent aussi très bien de même que le travail à la guitare sur Make it last ou plus simplement la sonorités des guitares sur Are you in this et One time. Down et Tear me in two constitue sans doute les plus belles réussites de cet album La structure progressive de Down est superbe tout comme l'ambiance particulière de Tear me in two grâce à une instrumentation originale.
Stroke 9
Luke Esterkyn voix, guitare
John McDermott guitare
Greg Gueldner basse
Eric Stock batterie

Pas forcément très apparentes au début, les mélodies de cet album resterons ensuite collées dans la tête comme un chewing-gum à votre chaussure à l'image de l'entêtante mélodie pop du premier single Little black backpack. Même chose pour les titres Make it last, Washin' and wondering, City life  ou le 2ème single Letters. La mélodie plus complexe et puissante de Tear me in two est aussi à écouter absolument tout comme celle très prenante de Down.

La voix de Luke Esterkyn n'a rien de renversant, mais il chante plutôt bien, ne montrant pas de difficulté à passer des graves aux aigus. Mais malheureusement son chant semble manquer de conviction et de passion. Il donne la désagréable impression de se contenter de bien chanter sans essayer d'insufler de l'émotion et de la passion à ce qu'il raconte à quelques exceptions près, Tear me in two et Down notamment.

Mis à part un son qui manque de chaleur à cause d'une basse trop discrète, pas grand chose à reprocher à ce très bon album de power pop. De bonnes mélodies et une instrumentation efficace, tout y est pour passer un bon moment en écoutant cet album.

© 2000-2015 Rockaddiction. Tous droits réservés